Vivre autrement

Habiter sur la Montagne limousine parce que…

… les paysages y sont sublimes

… la terre y est peu polluée

…la nature est à côté

… l’immobilier est accessible

…l’espace est disponible

…le vide invite à la créativité

…l’isolement stimule les initiatives collectives.

Quand j’ai débarqué en Limousin en 2005, j’ai d’abord trouvé cela la région magnifique. Puis j’ai rencontré des réseaux associatifs de Limoges et du plateau de Millevaches, et j’ai trouvé ça dynamique et alternatif. Le prix de l’immobilier a achevé de nous motiver à nous installer vraiment ici.

Parce qu’au départ nous sommes urbains, peu emballés par un mode de vie à double voiture avec un boulot en ville et la tonte de la pelouse le week-end, nous avons fait trois choix essentiels :

- le premier est de pouvoir travailler de partout, et de chez nous surtout. Dans l’entreprise de Damien, tout le monde télétravaille. Quant à moi, je suis free-lance dans la presse et la communication.

- le second est d’avoir opté pour une commune de 2000 habitants, idéalement placée pour nous c’est à dire suffisamment importante et loin de Limoges pour bénéficier de nombreux services et commerces que l’on ne trouverait pas si l’on était en zone périurbaine (commerces d’alimentation, librairie, ressourcerie, magasin de vêtements, de chaussures, de bricolage, cafés, restaurants, cinéma municipal, école de la maternelle au collège…)

- le troisième est d’avoir acheté une maison dans le centre-bourg afin de pouvoir aller à la boulangerie, à la boucherie, à l’épicerie, à la crèche et à l’école ou chez le médecin à pied. Notre maison, ancienne maison de tanneurs, est tout en hauteur (environ 45 m2 sur 3 niveaux dont un garage qui sert de cellier, cave, buanderie + un grenier aménagé de 30 m2), avec une cour et un mini-jardin. Elle a coûté moins de 100 000  € à l’achat (je ne sais pas à combien on en est de travaux, j’ai justement prévu de faire des calculs prochainement)

Au départ, nous faisions figures d’ovnis : pourquoi aller vivre à la campagne dans une maison mitoyenne, une rue (un peu) bruyante, un jardin si petit ? Et puis maintenant, on nous comprend de plus en plus. On vit vraiment à la campagne en ce sens que la nature est à deux pas, l’agriculture pas loin (d’ailleurs on mange essentiellement local grâce au marché de producteurs et aux colis de viandes), qu’on n’a pas de voisins en dessous ou au dessus et que notre environnement, notre territoire est bien rural, mais nous ne subissons pas ce qui pour nous sont les inconvénients d’une certaine vie à la campagne : entretenir un grand jardin, faire son bois, devoir prendre la voiture pour le moindre déplacement etc.

Parce qu’on déteste tondre, qu’on préfère faire un potager collectif avec d’autres au bord de la Vienne (comme ça on peut partir en vacances sans stresser sur l’état des plantations) que sur un grand terrain personnel, parce qu’on ne veut qu’une voiture pour deux, parce qu’on aime la vie de village au village.

Chaque début d’hiver, je doute un peu. C’est vrai qu’on caille sur Millevaches. Mais en général, j’en profite pour aller faire une virée parisienne. Et je ne doute plus du tout :)

(photos : notre jardin cet été)

DSC_0124_pte DSC_0129_pte DSC_0300_pte

About these ads

2 réflexions sur “Vivre autrement

  1. AH lalala … ça donne envie ! Moi aussi j’aimerais avoir un chez-moi,qui ne soit pas hors de prix, sans voisin du dessous, avec un petit bout de terrain comme toi pas grand mais juste ce qu’il faut. Je n’en peux plus du parc mercredi, samedi, dimanche. J’aimerais ouvrir la fenêtre et lui dire : va mon fils, cours ! Mais il faut oser franchir le cap, et comme tu le dis quand on télétravaille ou qu’on est indépendant c’est plus simple. Nous, avoir une maison accessible financièrement, c’est aller à 30 km de Nantes et se taper les bouchons tous les jours pour bosser dans Nantes. Donc non !! On verra plus tard … Bisous

  2. Bon je te rassure nous aussi on va toutes les semaines au parc, car la taille de notre jardin est limitée pour courrir, et puis y’a pas de toboggan !!! Le parc d’Eymoutiers est pratiquement au bout de la rue, pratiquement privé car le nombre d’enfants est peu élevé (et on les connaît tous)… Mieux qu’un jardin privé, on ne paie pas l’entretien ni les jeux ! En tout cas, c’est sûr que s’exiler à la campagne pour bosser en ville avec les bouchons et tout c’est pas possible. Un bon compromis : l’un des deux trouve un boulot à la campagne (toi tu peux pas bosser dans une école ailleurs), et l’autre continue de travailler en ville, l’idéal étant qu’il puisse faire ses trajets en train, c’est plus agréable (et écolo). Enfin ce sont des pistes pour les salariés et les fonctionnaires. A une prochaine,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s