Une nouvelle salle de bain (ça change tout !)

Cet été, pendant qu’on était en vacances, un ami artisan a travaillé dur pour refaire notre salle de bain. Elle en avait bien besoin. On partait de loin il faut dire. Quand on a acheté la maison, la salle de bain, c’était ça : une pièce microscopique, avec un lavabo surdimensionnée, une baignoire sabot qui prend toute la place, un toilette avec un vieux chauffe-eau électrique (sous-dimensionné) juste au dessus. Les murs : peinture glycéro rose malabar passé, et carreaux beige.
DSC08410

DSC08411

Assez vite, on avait customisé les carreaux avec de la peinture pour carrelage Résinence violet et prune, pour aller avec le rose des murs et mettre un peu de gaité à peu de frais. Et puis l’année dernière, quand on a changé le système d’eau chaude sanitaire (un gros chauffe-eau relié à la chaudière à granulés, sauf en été où il fonctionne à l’électricité), nous avons pu enlevé ce satané petit chauffe-eau qui prenait une place folle dans la salle de bain.  Mais bon, ça restait une salle de bain inadaptée à une famille de 4 avec deux enfants en bas âge, où tu te cognes sans cesse. Donc cet été, opération agrandissement (récupération de l’espace d’un placard mitoyen), optimisation (nouveau lavabo gain de place et vraie baignoire mais de 150 m de long seulement), et amélioration esthétique (parce que bon le vieux rose et le violet, hum).

DSC_2941

DSC_2946

DSC_2957

 

DSC_2960

DSC_2962

 

DSC_3123Le tout avec un budget super économique : il restait des carreaux pour le raccord au sol donc on a gardé ça, et pour le reste, on a tout acheté chez Casto, en quelques heures (avec les filles… un sacré souvenir…), le meuble lavabo + vasque + miroir, la baignoire, les robinets, le radiateur-sèche serviettes et les carreaux muraux. On a choisi tout blanc parce que dans une pièce sans fenêtre, il faut créer de la lumière. Je suis ravie des grands carreaux blanc mat rectangulaires (choisis sur le moment à la va-vite et avec hésitation !) Le résultat est ultra-fonctionnel, super pratique pour toute la famille, incroyablement plus grand et agréable à vivre !

DSC_3197

DSC_3199

DSC_3201

DSC_3205

DSC_3208

DSC_3213

DSC_3215Un grand merci à notre artisan Neil Hutchinson (à Eymoutiers /neilhutchinson2010@googlemail.com) qui a travaillé d’arrache-pied pendant deux semaines pour que nous ayons notre salle de bain au retour de Bretagne. Les filles étaient tellement excités qu’elles ont immédiatement testé (et approuvé) la baignoire.

Publicités

5 ans ! Spécial avant/après #2

Le 2 février 2010, enceinte et fraîchement propriétaire, je partageais sur ce blog l’appel à chantier collectif lancé par Damien pour venir nous aider à casser les cloisons du 1er étage (« étage de vie »). C’était mon premier billet !

Je poursuis donc la série des Avant/après de mon billet de la semaine dernière. Après l’étage de vie, voici les photos avant et après de l' »étage de nuit » (le second) et du bureau-chambre d’amis encore appelé « grenier ».

Pas facile de réussir à faire les photos après dans l’angle exact des photos avant, d’autant que celles-ci ne sont pas de moi mais de l’agence immobilière Auclair-Champeau qui nous a vendu la maison (merci d’avoir passé du temps dans vos archives pour retrouver ces images !!!).

Voici donc la chambre d’Anouk // celle de Charlotte (en enfilade) // celle de Damien et moi // le grenier :1anoukavant 2anoukapres 5anouk 6anouk

3charlotte 4charlotte 11chambres 12chambres 7chambres

8chambres13parents 14parents 15grenier 16grenier 17grenier 18grenier 19grenier 20grenier

Et pour clôturer ces 5 premières années et démarrer une nouvelle aventure sur ce blog, je prépare du changement ! Nouveau nom, nouveau design et des surprises à gagner ! A très bientôt sur ceseraitlebonheur.wordpress.com !

5 ans ! Spécial avant/après

5 ans !!!

Le 22 janvier 2010, fraîchement pacsés, Damien & moi avons apposé nos signatures sur l’acte de vente de cette maison de bourg du XVIIIe siècle, 130 m² répartis sur 3 niveaux + un grand garage en rez de chaussée, plusieurs milliers d’euros et probablement autant en travaux.

Gloups…

5 ans plus tard nous avons (presque) fini les travaux intérieurs et la décoration.

Et même si, certains jours, on n’en pouvait plus (d’avoir des artisans chez nous // de courir après les artisans // des galères de certains // de ces centaines d’heures passées à peindre // de repousser un chantier d’un an faute d’avoir les sous…), et ben on peut dire qu’on a aussi vachement apprécié ces 5 années de multiples chantiers. Maçonnerie, plomberie, chauffage, électricité, menuiseries, isolation, peinture, tout y est passé.

C’est magique de transformer une vieille bâtisse en apportant lumière et chaleur. C’est hyper épanouissant de faire ce que l’on veut, chez soi, comme on veut (surtout quand on est fan de déco!). Et c’est un sacré projet, qui donne du sens à la famille.

Allez pour fêter ça, une série Avant/Après du premier étage ! 7cuisine 8cuisine 9cuisine 10cuisine 13salleamanger 14salleamanger19salon20salon21salon22salon15bibli16bibli

et une série vue du même endroit où l’on voit bien les différentes étapes (avant/casser les cloisons/emménager/peindre/commencer la déco/déco finie !) :

23escalier 25travaux 26travaux 27travaux 28travaux 29travaux

J’aimerais faire pareil avec les étages mais je manque de photos « avant »… je suis allée voir l’agence immobilière, ils fouillent dans leurs archives ! La suite très vite !

Chaud chaud chaud, chez nous l’hiver sera chaud

Et oui, après 5 ans à économiser et à isoler, nous avons enfin notre chaudière à granulés de bois ! Une rolls comparée à notre vieux tacot à fioul. Elle a été installée en novembre, juste avant les grands froids. Pour cela nous avons vidé le garage du fouillis entreposé depuis des années. Allers-retours à la déchetterie, organisation optimale de la cave en mode Tétris et dépôt temporaire des vélos chez la voisine et zou, le garage était prêt à accueillir le silo à granulés.

Nous avons opté pour un modèle de 4,7 tonnes version compact c’est à dire plus haut que large (plus cher mais quand les mètres carrés sont précieux…). La chaudière est une Ökofen, top moderne (à écran tactile, hi hi) et bien-sûr programmable. Nous avons programmé 20°C entre 7h et 9h puis entre 17h et 22h et toute la journée le week-end.
La nuit, et la semaine entre 9h et 17h, ça descend à 17°.
Si l’on veut moduler sans changer nos programmes, il nous suffit d’actionner la commande installée dans la cuisine. Un vrai luxe pour nous qui avions une vieille chaudière peu performante, entièrement manuelle et sans sonde pour mesurer la température ! Là, il fait juste TROP BON chez nous et… ça se fait tout seul !

Petite visite du garage…

DSC_1050

Les granulés chauffent également un ballon d’eau chaude, qui, en été, lorsque qu’on coupera la chaudière, se fera électrique. Pratique.

DSC_1048

On a un petit coin buanderie au garage avec la machine à laver et un petit évier à côté. C’est roots, mais vachement mieux qu’avant ! Juste en face, nous avons remis les étagères et nos victuailles car notre garage, à défaut d’accueillir une voiture, est donc à la fois une chaufferie, une buanderie et un cellier !

DSC_1047 DSC_1044

Les voisins ont été patients car j’ai profité de ces travaux de chauffage pour faire déplacer le compteur d’eau à l’extérieur de la maison devant le garage. Résultat : une tranchée d’un mètre de profondeur dans la rue, des heures de marteau piqueur, le bonheur !

DSC_1014DSC_1011

Quand à l’aspect économique, je vous en reparlerai dans un an, histoire d’avoir à comparer. Mais a priori on devrait dépenser moins qu’avec le fioul.

Pourquoi une chaudière à granulés ?
Je précise, pour les sceptiques, que dans une maison de 3 étages (et 4 niveaux), relativement cloisonnée, et déjà dotée d’un réseau de radiateurs à eau, une chaudière est plus intéressante que des poêles ou des radiateurs électriques.
Quant au choix du combustible, à la campagne nous n’avons pas le gaz de ville. C’est donc fioul ou bois. Les chaudières à bois-bûches nécessitent d’être rechargés tous les jours, ça caille dès qu’on s’en va, et vu l’inertie d’une vieille maison en pierre, il faut 3 jours pour retrouver une température ambiante agréable quand c’est descendu trop bas. Donc les bûches, c’était vraiment pas pour nous. Reste ensuite les granulés ou les plaquettes (bois déchiqueté). Les plaquettes c’est bien, c’est local, mais c’est plutôt adapté aux immenses bâtiments, aux collectivités (chaudières sur-puissantes, livraisons en tracteur, pièce de stockage accessible). Pour les maisons individuelles, le granulé convient mieux. Voilà !

Une maison fraîche (cours de bricolage à gagner)

Il y a quelques semaines, j’ai reçu un cadeau de Leroy Merlin, en tant que blogueuse : une « caisse à utile » avec des objets et des fiches techniques. Le sujet de la boîte m’a immédiatement intéressée : comment garder sa maison fraîche en été. Justement dans mon salon, il fait 23-24° même quand dehors ça monte à 35. Alors en bonne veinarde, mais aussi parce que l’architecture et la rénovation me passionnent, je vais vous en dire un peu plus…

Pour garder sa maison fraîche en été, il faut avant tout empêcher la chaleur d’entrer, ou au moins ralentir son transfert. Pour cela, le maître mot, vous l’aurez devinez, est ISOLATION. Le toit est la priorité. Le duo laine de bois (en 30 cm) + fermacell est TOP (c’est ce qu’on a chez nous et vraiment c’est parfait) mais difficile à mettre en œuvre au plafond (le fermacell est lourd). Je préconise plutôt le duo ouate de cellulose + placo, moins cher mais relativement sain et efficace. Après un petit check dans le catalogue Rénover&construire c’est bon, on trouve tout ça chez Leroy Merlin -avec plein d’autres isolants beurk mais ça n’est pas le sujet ;-). Bien-sûr, en cas de murs fins, l’isolation des murs est aussi à réaliser, soit par l’intérieur, soit par l’extérieur.

Enfin, côté fenêtres, du double vitrage gaz argon est assez indispensable. Pour ceux qui ne peuvent pas, Leroy Merlin propose un film à appliquer sur le vitrage. C’est de la bidouille mais il ne faut pas hésiter. Et on applique le principe simple mais efficace : on ouvre les fenêtres la nuit et à l’aube puis on ferme ! Si l’on a une baie vitrée orientée au sud, bien pratique en hiver pour un apport supplémentaire de chaleur, il faut la protéger en été par un grand débord de toi. On met également des Des stores sur les vélux, des volets aux fenêtres. En été sous la canicule, la maison doit être fermée et à l’ombre. Chez nous, on ferme le store du velux avec une perche debout sur une chaise, mais si l’on en a plusieurs et qu’on vit dans le sud, un petit moteur n’est pas du luxe !

L’autre moyen de bloquer l’entrée de la chaleur, c’est d’opter pour des matériaux (murs et/ou sols) à forte INERTIE THERMIQUE comme la pierre et la terre, crue et cuite.

-> L’inertie thermique, c’est quoi ? Et bien c’est la capacité d’un matériau à stocker de la chaleur et à la restituer petit à petit. Plus l’inertie est élevée, plus le décalage entre le pic de température extérieure et intérieure est élevé et plus c’est intéressant en été car c’est la nuit que le mur va restituer les fortes températures du jour, quand justement on peut ouvrir toutes les fenêtres pour faire entrer de la fraîcheur. Malin ! Chez nous, où nous bénéficions d’épais murs en pierre sur les premiers niveaux, si la nuit a été fraîche, le mur peut tenir toute la journée sans relâcher de chaleur. C’est vraiment efficace. C’est pour cela que les maisons traditionnelle des pays chauds sont souvent en pierre ou en terre crue.

La terre crue peut s’utiliser sous forme de briques, d’enduits, de mélanges terre-paille, de torchis… Facile, mais longue à mettre en oeuvre, elle plaît aux auto-constructeurs amateurs de maisonnettes aux formes organiques :

200240_150682251661714_100001598211598_352632_4448902_n

Personnellement, ce genre de maisons ne me fait pas rêver. Mais certains architectes se sont emparés du matériau pour des résultats nettement plus contemporains !

20091012_101619_9contemporain-

maison-ecologique-pise

Mais si vous avez une maison en parpaing, en bois ou en paille, c’est possible d’y ajouter de l’inertie par des cloisons ou un mur en brique face à une baie vitrée ou contre une cheminée (pour bénéficier de l’inertie en hiver car en été cela ne changera pas grand chose). Et en plus, c’est beau !

09_casa-ajijic_tatiana-bilbao_popup

maison-pise-interieur

Pour ceux d’entre vous qui voudraient poser une isolation, une cloison, une terrasse, ou simplement apprendre à manier la perceuse, Leroy Merlin vous offre un COURS DE BRICOLAGE gratuit ! Ça vous branche ? Envoyez-moi un mail à emmanuelledeco@gmail.com

Sur ce, profitez bien du beau temps… si si, il revient la semaine prochaine 🙂

Phase 3 : work in progress

C’est chez moi ce couloir ???? C’est fini depuis ce matin et je n’en reviens pas à chaque fois que je descends me faire du thé : ça me plaît, ça me plaît, ça me plaît !

Même le peintre est convaincu, alors qu’il était franchement sceptique au début (le lambris peint en blanc, associé à du bleu vif et cet étrange papier peint hors de prix, venu d’Angleterre et acheté par internet… lui qui voulait me mettre de la toile de verre, hum hum). « Faut oser mais vraiment ça fait bien ». Son apprenti, lui, me dire de peindre aussi le parquet et j’attendais de voir les murs pour me décider mais là c’est clair, je peux pas laisser le marron foncé. A prévoir dans mon agenda de l’été : 3 jours sans enfants pour reprendre pinceaux et rouleaux.

Les peintres sont maintenant dans notre chambre, installée au grenier le temps des travaux. On a l’impression de déplacer des meubles toutes les semaines ! Mais c’est bientôt fini !!!

Papier « Woods » de Cole & Son acheté sur www.aufildescouleurs.com/

DSC_1223_pte DSC_1224_pte

Phase 2 & 3 du chantier : fenêtres et peinture

Depuis début janvier je veux vous montrer nos nouvelles fenêtres, qui ont été (très bien) posé dans la foulée de la réparation de la charpente et de l’isolation, toujours par la coopérative Ambiance Bois. Ce sont des fenêtre en lamellée-collée de pin local, excellent d’un point de vue thermique, en plus elles ont un double joint de part et d’autre du vitrage, une petite astuce pour pouvoir aérer sans que ça claque, et bien-sûr du gaz argon entre les vitres. Depuis qu’on les a, on voit une différence significative par rapport à avant (et pourtant il ne s’agit que des 4 fenêtres de la façade sud, car nous avions déjà replacé les menuiseries de la façade nord).

En janvier, nous avons fait venir des maçons pour faire réapparaître la pierre sur un mur de notre chambre, et rejointer en chaux-sable, comme dans le salon. Et notre ami Neil, électricien, est  venu nous installer quelques prises et points de lumière supplémentaire à droite à gauche.

Depuis février, ce sont les peintres qui sont à pied d’oeuvre. Le grenier est terminé, nous pouvons ENFIN ré-installer nos bureaux, notre chambre d’amis et tout notre bazar !!!

Maintenant, c’est dans le couloir que ça se passe, et dans notre chambre la semaine prochaine. On commence à en avoir ras-le-bol des travaux (et de a poussière de plâtre !!!) mais on tient bon parce que vraiment, la peinture blanche, ça métamorphose une maison ! Et puis je ne vous dit pas tout mais il y aura aussi du bleu, du noir, du beige et même un peu de papier peint. La suite au prochain épisode 😉

Quelques images, dans le désordre…

DSC_1159 DSC_1155 DSC_1154 DSC_1148 DSC_1153 DSC_0975